March 15, 2020

Bricolage : fabrication d’un lampadaire

Nous avions besoin d’un nouveau lampadaire dans notre appartement, style scandinave pour aller avec le reste des meubles. Il se trouve que ce genre de mobilier coûte une centaine d’euros dans la plupart des magasins d’ameublement, et ça m’a bien refroidi… Surtout que les différents designs ne vont pas chercher bien loin, les découpes et assemblages restant toujours très simples. Je me suis donc lancé dans la fabrication complète de notre lampadaire, afin de minimiser le prix total, mais aussi pour m’amuser !

Il s’agit d’un lampadaire à trois pieds cylindriques, reliés ensembles par un disque, sur lequel est fixé le support de l’ampoule et de l’abat-jour. Le fil pend au milieu, depuis le disque jusqu’au sol. Voici une photo du rendu final :

Un point dont je suis fier : il n’y a pas de vis, pas de clou, pas de colle !

Le matériel

Voici ce dont j’ai eu besoin (j’ai arrondi les prix à l’euro près) :

  • 1 abat-jour (17€) (j’ai pris le mien chez Ikea, diamètre 44cm)
  • 1 planche de bois (10€ chez Castorama)
  • 3 manches à râteau (21€ le tout)
  • 1 douille E27 (3€)
  • 1 tube fileté (2€, par paquets de deux)
  • 6 tourillons 6mm (3€ la boîte)
  • 1 câble électrique de 5m pour lampe (3€)
  • 1 interrupteur (4€)
  • 1 fiche de prise mâle (2€)

Coût total : ~65€

On est donc aux deux tiers du prix en magasin. Ce n’est pas énorme mais c’est toujours ça de pris, et c’est bien plus sympa de la fabriquer soi-même.

Les étapes

Le disque

Découper dans la planche en bois en disque de 25cm de diamètre. On utilisera pour cela une scie sauteuse. Attention : lorsque l’on découpe des arcs de cercles avec une scie sauteuse, il faut le faire par toutes petites sections en coupant morceaux par morceaux. Si l’on tourne le scie en continue pour suivre la trajectoire directement, la lame se retrouve en biais et la surface découpée n’est pas perpendiculaire à la planche.

Poncer le disque, et surtout les bords qui viennent d’être découpés, afin de lisser les surfaces et arrondir les arrêtes.

Il va maintenant falloir percer trois trous pour y insérer les pieds.

  • Ils doivent avoir un diamètre légèrement plus petit que le diamètre des pieds afin que ceux-ci puissent être bloqués dedans. Dans mon cas, les pieds font 28mm de diamètre, et j’ai percé des trous de 25mm. La chose est particulièrement adaptée à mes pieds qui ont déjà une forme conique à leur extrémité.
  • Ils doivent être percés avec une légère inclinaison afin que les pieds soient également inclinés. Après plusieurs mesures en simulant le montage final, j’ai décidé d’adopter un angle de . Évidemment il est difficile de percer avec une inclinaison parfaitement mesurée, je l’ai faite tant bien que mal à l’œil…
  • Les trous doivent être également répartis autour du disque. Pour cela je vous détaille par la suite les étapes que j’ai suivies.

Tracer un premier cercle pour définir l’emplacement du premier trou. Il doit simplement être à une distance suffisante du bord pour ne pas fragiliser la structure.

À l’aide d’un rapporteur et d’une règle, placer le rapporteur sur le centre du cercle et de manière à ce que les bords du disque soient à égales distance. Marquer les angle de 60° de chaque côté.

Tracer les deux autres cercles de manière à ce que leur centre se trouve sur chaque ligne de 60° tracée précédemment, et qu’ils soient tous à égale distance du bord du disque.

Enfin, percer les trous avec l’angle de 5°. Pour cela j’ai utilisé un forêt qui n’était pas très adapté… le mieux aurait été un forêt plat.

Puis percer le trou centrale avec un forêt simple, suffisamment large pour laisser passer le tube fileté. Poncer le contour de chaque trou afin de lisser les arrêtes et avoir une finition propre.

Tester l’assemblage pour vérifier que tout va bien, et avoir un premier aperçu.

Les pieds

Afin de rendre les pieds et le disque solidaires, j’ai décidé d’utiliser des tourillons pour bloquer les pieds dans leur translation. Pour cela, se servir du test d’assemblage pour marquer l’endroit où il faudra insérer les tourillons. Attention à appliquer la même mesure à chaque pied. Pour ma part, les trous devaient être percés à environ 5cm de l’extrémité, et avec un diamètre de 6mm (diamètre de mes tourillons).

Maintenant, enfoncer le disque sur les pieds à l’aide d’un maillet. Attention, si ça s’enfonce beaucoup il fallait le prévoir à l’avance et faire les trous pour les tourillons un peu plus bas.

Puis insérer les tourillons dans les trous. Il en faut un de chaque côté. Je me suis servi d’une pince pour bien les enfoncer et faire en sorte qu’ils soient insérés sur la même profondeur.

J’ai ensuite remarqué que les pieds étaient trop grands… Je les ai donc coupés par le bas (de la même longueur pour tous) après avoir pris une mesure qui me convenait. Un lampadaire classique a sa douille à environ 135cm de haut (environ…). Bien poncer les pieds pour éviter les arrêtes tranchantes, et placer des petits patins sous ceux-ci afin de ne pas abîmer le sol.

Voilà la partie bois de terminée !

L’électricité

Visser le tube fileté dans la douille E27, puis passer le fil électrique au travers du trou central du disque, et enfin dans le tube. Il faut ensuite dénuder le fil pour connecter la phase et le neutre à l’intérieur de la douille. Celle-ci est généralement fournie avec un petit mode d’emploi.

Couper le fil à environ la moitié de la hauteur de la lampe, et assembler l’interrupteur.

Enfin, couper le fil restant à la longueur souhaitée pour assembler la prise mâle.

Mettre l’abat-jour et l’ampoule, et voilà !

Ce qui peut être amélioré

  • Le tube fileté n’est pas fixé au disque en donc l’abat-jour n’est pas forcément stable et droit. Une solution serait d’acheter un écrou de la taille de la tige pour le visser sous le disque et tenir fermement la douille (c’est possible car le tube dépasse sous le disque). L’autre solution serait de coller le tube au disque avec de la colle chaude par exemple, mais j’aime moins car on empêche alors le désassemblage.
  • En perçant les trous dans le disque, j’ai beaucoup abîmé celui-ci car des morceaux de bois se sont cassés et détachés en traversant les surfaces. Je pense que je n’avais pas le bon forêt, mais peut-être faut-il aussi percer avec moins de force. Peut-être faut-il aussi un bois plus solide.
  • Je n’ai pas mis de vernis pour protéger le bois, mais je pense que c’est nécessaire.

Sûrement plein d’autres choses ! C’était ma première expérience de ce genre et je ne m’y connais pas beaucoup. Si vous avez des conseils à me donner ou des questions sur ce projet, n’hésitez pas à m’écrire !